Fil de navigation

Bonjour a tous,

Un petit mot pour vous dire combien vous avez de la chance d'etre restés à vous prélasser sur les plages du nord, à plonger dans nos belles carrières.
En effet, sur un malentendu, une trentaine d'entre nous a vecu l'enfer durant la semaine dernière.
Tout d'abord, ils se sont retrouvés enfermés dans un hotel où la tele cassait invariablement chaque jour à 19h, nous obligeant à d'interminables séances de réparation au moyen d'etranges outils locaux dont je ne connais que les noms espagnols: cervezas, absinthes et chorizos.


Lorsque nous n'étions pas contraints à d'atroces repas en commun, des entraînements intenses dans la piscine intérieur ou dans le jaccuzi, à des cours théoriques en terrasse avec port de lunettes de soleil obligatoire (une prison vous dis je!), Xavi et Jose, les 2 gardiens du camp, nous obligeaient à partir plonger dès 8h15, sur une etrange plateforme de mise à l'eau mobile sans qu'il ne nous soit possible de nous habiller comme il se doit au cul de notre voiture. Non, il fallait trans porter notre materiel sur leur plateforme et s'y habiller alors que nos tortionnaires prenaient un malin plaisir à la faire osciller de telle manière que certains d'entre nous furent pris de nausées. Quand enfin ils arrêtaient de la faire bouger il fallait précipitamment  sauter dans une eau ne cessant de bouger et de surcroit salée... Horreur, effroi généralisé. Sous la contrainte, nous eûmes à explorer les fonds locaux durant d'interminables plongées: certes les lieux ne manquent pas d'intérêt mais c'est finalement assez proches de ce que l'on connait: ils ont des carpes, appelées merous localement, des tanches - corbes en catalan- ou encore d'etranges brochets - des barracudas selon leurs dires. Néanmoins, je vous déconseille vivement ces lieux: le foisonnement de couleurs et de vie vous donneront, tout comme à nous, d'insoutenables migraines ophtalmiques suivies d'interminables discussions et visionnages de photos et vidéos afin de déterminer précisement le nom de l'une des centaines d'espèces que nous avions rencontrée chaque jour. Que n'avons pas regretté nos sorties à Barges, où nos discussions se résument ainsi:
"- Tu as vu quoi?
- le brochet entre la 2 et la 3, dans les arbres, les perches dans la grotte de la 3, les carpes à coté de la barque entre la 3 et la 4 et au retour autour de la friteuse et la carcasse vers la 2 et les ecrevisses sur le tombant à coté de la 2. Et toi?
- pareil"
Reposant, non?
De plus cela me fait penser que nous n'avons vu aucun nain de jardin, pas de simca 1000, ni de friteuse ou autre telephone nokia geant... Etrange lieu en verité.

Finalement, tout finit pour le mieux: nous avons pu échapper ce matin à la vigilance de nos geôliers et ainsi retrouver d'ici peu le chemin de notre bonne vieille Barges afin d'y reposer nos yeux!

Tout rentre donc dans l'ordre. Une chose est sûre: je ne remercie pas David et Isabelle de m avoir emmené dans un tel traquenard.
On ne m y reprendra plus!
En tout cas pas avant la prochaine sortie club... ;-)